Un peuple les yeux ouverts

en partenariat avec ATD Quart monde

Un spec­ta­cle engagé pour dire non à l’exclu­sion !

Un peuple les yeux ouverts retrace un pan de la lutte contre l’exclu­sion à partir de Louis-Pierre Dufourny, l’un des pre­miers sous la Révolution Française à avoir pris la défense des droits des plus pau­vres, et de Joseph Wresinski, le fon­da­teur d’ATD Quart Monde. Par ce spec­ta­cle il s’agit de mon­trer les signes et les volon­tés de chan­ge­ment autant que les limi­tes, voire les impas­ses, du projet socio-poli­ti­que de la défense des exclus. Autour des figu­res de Dufourny et de Wresinski, gra­vi­tent des révo­lu­tion­nai­res et des gens du peuple, Victor Hugo cla­mant son indi­gna­tion en 1849, les habi­tants des bidon­vil­les en mai 68, les enfants d’une biblio­thè­que de rue, les mili­tants des Universités Populaires Quart Monde... Tout un peuple qui s’évertue à dire « non ! » à l’exclu­sion.

Une dra­ma­tur­gie fondée sur l’Histoire

La dra­ma­tur­gie repose sur des sour­ces et des textes issus des archi­ves his­to­ri­ques de la Révolution et d’ATD Quart Monde : la pièce retrans­crit des paro­les de révo­lu­tion­nai­res et de témoins de l’époque, tout autant que de Joseph Wresinski et de mem­bres du Mouvement. Il nous a paru essen­tiel d’être au plus près des événements réels pour en mon­trer la force, et per­met­tre le rap­pro­che­ment, par­fois inat­tendu, entre les époques et les acteurs de l’Histoire.
Avec Dufourny et son combat, on lève tout un pan inconnu de l’his­toire des exclus. À tra­vers l’enfance dif­fi­cile de Joseph Wresinski, on com­prend les raci­nes de sa volonté d’éradiquer la misère. En établissant des paral­lè­les entre 1789 et la nais­sance et le déve­lop­pe­ment d’ATD Quart Monde, on essaye de mettre en lumière une démar­che ins­crite dans le passé pour mieux enga­ger l’avenir.

Une démar­che col­la­bo­ra­tive

Le spec­ta­cle s’ins­crit dans cette pos­ture d’enga­ge­ment en ras­sem­blant un grand nombre d’acteurs : des grou­pes jeunes et adul­tes du Mouvement ATD Quart Monde (venant d’Ile de France, de Franche-Comté et de la région de Saint-Etienne), de jeunes comé­diens pro­fes­sion­nels et des enfants de Villiers-le-Bel, invi­tés grâce à ce projet à se ren­contrer, à créer ensem­ble dans un esprit col­la­bo­ra­tif.
Le théâ­tre est ici un moyen pour faire enten­dre toutes les voix, faire réson­ner les Droits de l’Homme, pour expri­mer les rêves et les espoirs d’un monde plus juste face aux défis du monde contem­po­rain.
Le spec­ta­cle se veut une pro­po­si­tion de relais pour porter une parole d’enga­ge­ment et d’empa­thie auprès de publics divers, au-delà des regards réduc­teurs der­rière les­quels on peut être trop sou­vent amené à se réfu­gier.

Dramaturgie et mise en scène
Philippe Osmalin
Collaboration his­to­ri­que
Michèle Grenot
Lumières
Antonio de Carvalho
Coordination et logis­ti­que
Dynamique Jeunesse ATD

Avec 50 comé­diens

À l’Auditorium/MPAA Saint Germain, Paris 6ème
13, 14 & 15 octo­bre 2017

Voici un repor­tage effec­tué par le jour­nal L’Humanité lors d’une répé­ti­tion en sep­tem­bre :
"Quand le Quart Monde se réap­pro­prie son his­toire" https://www.huma­nite.fr/videos/thea...

Portfolio

Un peuple les yeux ouverts Un peuple les yeux ouverts Un peuple les yeux ouverts Un peuple les yeux ouverts Un peuple les yeux ouverts Un peuple les yeux ouverts

Poussières de paix

Israël-Palestine

Israël-Palestine, 1001 jours, 1001 nuits
de déchi­ru­res et d’impas­ses.

Alors que te raconter ?

La pierre, le char, les oli­viers qu’on abat ?
Bien sûr je t’en par­le­rai.

Mais je te raconte­rai aussi des his­toi­res
des visa­ges et l’espoir :

Mille et un che­mins qui pour­raient mener à la paix
un jour…

Poussières de paix prend sa source dans le livre de Frédéric Laffont Israël-Palestine, 1001 jours, 1001 nuits (Arléa, 2002).
Ces textes se fon­dent sur ce que le repor­ter a vu, perçu, entendu et qu’il nous donne à saisir, dans un esprit d’empa­thie et de dia­lo­gue avec ces deux peu­ples qui résis­tent tant à se ren­contrer.
Grand repor­ter et cinéaste, Frédéric Laffont a lon­gue­ment séjourné au Proche et au Moyen Orient. Les récits/témoi­gna­ges de son livre ont aussi servi de base à un docu­men­taire, Mille et un jours, qu’il a réa­lisé en 2003 et qui est sorti sur les écrans en 2004.
Nous fai­sons enten­dre ici la dou­leur de la terre et des mères meur­tries, les voix humi­liées ou étouffées par la peur, de toutes parts, mais aussi les voix de concorde et de paix des deux côtés au-delà des bles­su­res vécues, au-delà du réel avec ses illu­sions et ses impas­ses, au-delà de la tra­gi­que loi du talion : "l’envie de vivre ici comme par­tout ailleurs".

Le spec­ta­cle a été pré­senté à Paris au Théâtre du Gouvernail (5 pas­sage de Thionville, 19ème) du 12 mars au 10 avril.
Il s’est pro­duit au Festival Off d’Avignon du 6 au 30 juillet au Théâtre des Barriques.
www.thea­tre­des­bar­ri­ques.com

Le spec­ta­cle a reçu la récom­pense "COUP DE CHAPEAU" de l’asso­cia­tion Tournesol Avignon 2016 attri­buée aux Compagnies qui ont été "remar­quées tant pour leur spec­ta­cle que pour leur démar­che d’accom­pa­gne­ment dudit spec­ta­cle".
Il a été remar­qué aussi par les jour­na­lis­tes de Festi TV, la chaîne du Festival, qui a pro­duit une cri­ti­que du spec­ta­cle et une ren­contre-débat Israël et la Palestine se met­tent en scène avec notre équipe et celle du spec­ta­cle We love Arabs (pré­senté à la Manufacture).
A consul­ter sur le site www.festi.tv

"Merci au Théâtre de la Fugue de faire vivre avec brio quel­ques-uns de mes textes. La scène théâ­trale est un for­mi­da­ble espace pour ras­sem­bler les paro­les et les aspi­ra­tions à une vie « nor­male » de ceux qu’un mur, des larmes et des peurs divi­sent encore. Après la nuit vien­dra le jour. Merci au Théâtre de la Fugue de faire vivre ce mes­sage de paix." Frédéric Laffont

"Avec sobriété et mini­ma­lisme, le met­teur en scène dresse un décor quasi nu (...) pour qu’il ne reste que le propos, sa force et l’espoir qu’il porte. Des jeux de lumiè­res subli­mes, des cos­tu­mes colo­rés (...) [pour] une suite d’his­toi­res de 1948 à nos jours. (...) Certains de ces récits sont poé­ti­ques, drôles, d’autres à pleu­rer, tous indé­nia­ble­ment émouvants et tou­jours joués avec bien­veillance, sans cari­ca­ture. Un appel à la tolé­rance, à la com­pré­hen­sion, afin que chacun puisse, à hau­teur de ses moyens, col­lec­ter ces pous­siè­res de paix." Tommy Birambeau, Festi.TV-Avignon

"Voilà un spec­ta­cle qu’il faut aller voir, parce qu’il est bon certes, mais aussi parce qu’il fait du bien. Le met­teur en scène et ses acteurs réus­sis­sent le tour de force de nous insuf­fler une rela­tive séré­nité à partir de la repré­sen­ta­tion d’un conflit cruel et qui per­dure. (...) Ce sont des situa­tions concrè­tes qui sont rela­tées, des scènes de vie vécues par des gens dont on se sent pro­ches, qu’ils soient Israéliens ou Palestiniens. Poussières de paix est un spec­ta­cle qui ne (dé)montre pas que la paix est en pous­siè­res mais plutôt qu’à partir des mul­ti­ples pous­siè­res que sont les com­por­te­ments et res­sen­tis indi­vi­duels de part et d’autre, le puzzle de la Paix peut se recom­po­ser. De nous avoir fait éprouver ce pos­si­ble, nous en savons gré à chacun de ceux qui se sont lancés dans cette aven­ture."
Alain Rozenkier, Président de La Paix Maintenant (Shalom Arshav France)

Dramaturgie et mise en scène :
Philippe Osmalin

Avec Sabine Caillaud, Sylvie Harland, Alexia Massadau,
Philippe Osmalin, François Prioli

Collaboration artis­ti­que :
Véronique Olivier
Composition piano : Maeva Le Hir
Création des cos­tu­mes :
Dominique Torres
Lumières : Antonio de Carvalho

Portfolio

Avignon 2016 Avignon 2016 Avignon 2016 Avignon 2016 Avignon 2016 Avignon 2016 Avignon 2016

L’Orestie d’Eschyle

 © Emmanuelle Bodu

Dans une ver­sion res­ser­rée et une tra­duc­tion iné­dite de Philippe Osmalin.
Le spec­ta­cle s’est pro­duit au prin­temps 2014 à Paris et à Reims.
Il a reçu une Nomination au prix d’inter­pré­ta­tion mas­cu­line au Festival de Reims.

Pourquoi cette pièce ?

Chaque pièce de cette tri­lo­gie d’Eschyle est d’une richesse infi­nie et mobi­lise des thèmes d’une actua­lité évidente : l’hor­reur de la guerre, le retour au pays, le désir de ven­geance, la perte des êtres chers… Mais c’est bien le sens qui se dégage de cette tri­lo­gie prise comme un tout que nous avons sou­haité trans­met­tre. La ver­sion conden­sée et le tra­vail de tra­duc­tion nous livrent ici une Orestie qui permet cette lec­ture glo­bale de la tri­lo­gie sans pour­tant négli­ger la par­ti­cu­la­rité de l’action de chaque pièce.

 © Emmanuelle Bodu C’est l’his­toire, une his­toire, de la cons­truc­tion d’une jus­tice humaine qui rem­place la loi du talion, une jus­tice néces­sai­re­ment impar­faite mais réso­lu­ment empreinte de la volonté d’inven­ter des maniè­res de mieux vivre ensem­ble, de ne pas céder au désir de ven­geance face à la vio­lence, aussi bru­tale soit-elle. Si l’avè­ne­ment de cette jus­tice est expli­cite dans la der­nière pièce, elle ne prend son sens qu’à tra­vers les drames indi­vi­duels (meur­tres et ven­gean­ces) et col­lec­tifs (la guerre) des pre­miè­res pièces.
Ainsi, les réflexions poli­ti­ques et mora­les sur la jus­tice vien­nent s’ancrer dans des des­tins par­ti­cu­liers, trou­vent corps dans les souf­fran­ces d’Agamemnon, de Clytemnestre ou d’Oreste. Et ces des­ti­nées si sin­gu­liè­res, par l’écho qu’elles trou­vent en nous, ren­dent per­ti­nen­tes ces réflexions géné­ra­les, par­fois abs­trai­tes, sur la cons­truc­tion d’une jus­tice, une inven­tion du rap­port des Hommes entre eux qui n’en finit pas de tendre vers un idéal.
C’est sans doute là ce qui nous rend le texte d’Eschyle si proche de nous.

Portfolio

© Emmanuelle Bodu Graphisme : sara. © Emmanuelle Bodu © Emmanuelle Bodu © Emmanuelle Bodu © Emmanuelle Bodu

Instantanés... d’après Carole Fréchette

Instantanés... ou si leurs peaux vous inté­res­sent est une adap­ta­tion ori­gi­nale à partir de 5 pièces de Carole Fréchette : Les Sept Jours de Simon Labrosse, La Peau d’Elisa, Serial Killer, La Pose, Route 1.
Spectacle créé en juin 2013 à Paris (Festival des Arts de l’UPMC).

Portfolio

© Emmanuelle Bodu © Emmanuelle Bodu © Emmanuelle Bodu © Emmanuelle Bodu © Emmanuelle Bodu © Emmanuelle Bodu

Dans la presse

« Voilà un spec­ta­cle qu’il faut aller voir, parce qu’il est bon certes, mais aussi parce qu’il fait du bien. Le met­teur en scène et ses acteurs réus­sis­sent le tour de force de nous insuf­fler une rela­tive séré­nité à partir de la repré­sen­ta­tion d’un conflit cruel et qui per­dure. (...) Ce sont des situa­tions concrè­tes qui sont rela­tées, des scènes de vie vécues par des gens dont on se sent pro­ches, qu’ils soient Israéliens ou Palestiniens. (...) Poussières de paix est un spec­ta­cle qui (dé)montre que le puzzle de la Paix peut se recom­po­ser. De nous avoir fait éprouver ce pos­si­ble , nous en savons gré à chacun de ceux qui se sont lancés dans cette aven­ture. »
Alain Rozenkier, La Paix Maintenant (Shalom Arshav France)

« Avec sobriété et mini­ma­lisme, Philippe Osmalin dresse un décor quasi nu (...) pour qu’il ne reste que le propos, sa force et l’espoir qu’il porte. Des jeux de lumiè­res subli­mes, des cos­tu­mes colo­rés (...) [pour] une suite d’his­toi­res de 1948 à nos jours. (...) Certains de ces récits sont poé­ti­ques, drôles, d’autres à pleu­rer, tous indé­nia­ble­ment émouvants et tou­jours joués avec bien­veillance, sans cari­ca­ture. Un appel à la tolé­rance, à la com­pré­hen­sion, afin que chacun puisse, à hau­teur de ses moyens, col­lec­ter ces pous­siè­res de paix. »
Tommy Birambeau, Festi.TV-Avignon.

« Un grand plai­sir ! Faire du théâ­tre autre­ment… Ici dans un res­tau­rant extrê­me­ment sym­pa­thi­que (…) au milieu des bou­teilles et il suffit de pas grand chose pour qu’on y croie. Philippe Osmalin dirige très jus­te­ment ses deux comé­diens (…), qui à un mètre des spec­ta­teurs ne peu­vent pas tri­cher (…). Une heure d’un petit plai­sir qui vaut bien des grands. »
Jean-Luc Jeener, Le Figaroscope.

« Réception réus­sie ! (…) Deux acteurs démul­ti­plient l’espace pour mettre en bouche une courte pièce de Valletti. (…) Les deux comé­diens cro­quent avec avi­dité cette récep­tion orga­ni­sée par Philippe Osmalin. »
Anne-Marie Fèvre, Libération.

« Philippe Osmalin rend hom­mage au texte de Serge Valletti et trans­crit fidè­le­ment [son] étrange atmo­sphère. (…) Pas de cliché, ni de sym­bole outran­cier chez ce met­teur en scène qui favo­rise la sug­ges­tion, notam­ment grâce aux voix des deux comé­diens. (…) »
Loïck Hello, La Théâtrothèque.com/sortir Avignon.

« (…) Qu’y voit-on ? Une jeune femme un peu demeu­rée, c’est-à-dire dans la grâce des sim­ples, nous conter son dénue­ment, ses peti­tes souf­fran­ces, ses dif­fi­cultés de contact avec les autres, ses rêves, son besoin d’amour, de sexua­lité, de nor­ma­lité. (…) Seule en scène et bien diri­gée par Philippe Osmalin, Sylvie Harland est vrai­ment tou­chante. Elle a une vraie force et sa charge d’émotion est com­mu­ni­ca­tive. On voit que c’est une excel­lente comé­dienne. (…) »
Jean-Luc Jeener, Le Figaroscope.

« (…) Je brouille les pistes, dit Maryse qui nous amène à douter de son égarement. La comé­dienne ne joue pas tout de suite, ni trop, ni au final, la folie, mais plutôt l’étonnement devant le monde. Ce qui a la vertu d’aigui­ser le plai­sir et la res­pon­sa­bi­lité du spec­ta­teur pour qui tout n’est pas sou­li­gné. »
Olivier Fournout, Revue Lunes.

« Admirable per­for­mance d’une actrice qui joue cette folie conte­nue (…). Elle est vio­lente et douce, pas alter­na­ti­ve­ment mais simul­ta­né­ment, en équilibre sur un fil. Elle touche au cœur, et elle reste inac­ces­si­ble, isolée du monde par son bala­deur qui lui répète à l’envi ti amo… On vou­drait le lui dire aussi. »
Alain Pécoult, Agora Pièces Avignon.